Les substituts au sel alimentaire efficaces pour prévenir les AVC

Il y a plus de 50 ans maintenant, des théories avaient été développées par des chercheurs français et américains pour déterminer si le sel (le sodium) pouvait être à l’origine de l’hypertension artérielle (HTA). Une anomalie de la réabsorption du sodium par le rein était alors évoquée, ce qui avait conduit à l’utilisation des premiers diurétiques – premier traitement médicamenteux après les saignées – pour traiter l’HTA. 
De ces théories, il persiste aujourd’hui les prescriptions diététiques faites aux hypertendus, qui recommandent un régime alimentaire peu salé, si ce n’est strictement sans sel. 

professeur Chabot

Notre Expert : Pr Jean-Michel CHABOT

Jean-Michel Chabot est médecin et Professeur de santé publique. De 2010 à 2017, il a été conseiller médical de la Présidence de la HAS et membre de la Commission nationale des études de santé (CNES). De 2002 à 2004, il avait été conseiller au cabinet du ministre de la Santé Jean-François Mattéi après avoir été secrétaire de la conférence des Doyens de médecine de 1998 à 2002. Actuellement, il poursuit son activité aux comités de rédaction de la Revue du Praticien et du Concours Pluripro.

Des chercheurs australiens et chinois viennent de réactiver l’attention portée à la prise alimentaire de sel en conduisant une vaste étude particulièrement originale. La population de 600 villages chinois en zone rurale a ainsi été engagée, soit à maintenir la consommation de sel (chloride de sodium) habituelle pour 300 de ces villages, soit à utiliser pour la cuisine et l’alimentation un substitut au sel usuel pour les 300 autres. Ce substitut comportait pour 25 % du chloride de potassium en substitution au chloride de sodium. Seuls les sujets de plus de 60 ans ont été inclus dans l’étude, qui s’est prolongée sur pratiquement 5 années … 

Ce sont donc plus de 20 000 patients (dont l’âge moyen était de 65 ans avec un sex ratio* de 1) qui ont été suivis. A l’inclusion, près de 90 % d’entre eux étaient déjà hypertendus et 70 % avaient un antécédent d’accident vasculaire (à noter que l’HTA et ses complications sont très fréquentes en zone rurale chinoise). 

Les résultats ont été très probants avec une réduction sensible et statistiquement significative de la survenue d’AVC dans le groupe « substitut » par rapport au groupe « sel usuel ». De même, la survenue d’accidents cardiaques et la mortalité globale ont été significativement réduites dans le groupe qui prenait le chloride de potassium. Enfin, aucune complication liée à une éventuelle « surcharge » en potassium (ce qu’on appelle hyperkaliémie) n’a été observée. 

Voilà des résultats qui confortent les approches préventives et les recommandations diététiques pour prévenir la morbidité. 

 

*sex ratio : rapport homme v/s femme

 

Source :  
Bruce Neal et al. Effect of Salt Substitution on Cardiovascular Events and Death - NEJM septembre 2021. Disponible ici. Consulté le 01er dec 2021.