Effets de la rupture d’une position assise prolongée sur les paramètres cardiovasculaires 

Extrait de l’article original: Effects of Breaking Up Prolonged Sitting on Cardiovascular Parameters: A systematic

Review Gustavo Oliveira da Silva, Luiza Batista Santini, Breno Quintella Farah, Antonio Henrique Germano-Soares, Mariliade Almeida Correia, Raphael Mendes Ritti-Dias, Int J Sports Med 2022; 43(02): 97-106

professeur Chabot

Grégory Czaplicki

M. Grégory CZAPLICKI est Docteur en sciences de l’éducation et spécialiste de la promotion de l’activité physique. Il exerce aujourd'hui comme Responsable de projets à la Direction des services du Groupe VYV. Depuis 2019, dans le cadre d’un partenariat avec le Ministère des Sports, il contribue à déployer plusieurs actions de la Stratégie Nationale Sport Santé notamment auprès des Maisons sport santé et en entreprise.

Il a auparavant travaillé dans les directions prévention du groupe MGEN et de la Mutualité Française Ile-de-France dans lesquelles il a participé à la conception de programmes nationaux de promotion de l’activité physique tant auprès des jeunes que des seniors. De 2007 à 2009, il a collaboré à la conception et à l’évaluation de programmes de promotion de la santé du gouvernement québécois.

Récemment, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentaire, de l’environnement et du travail (ANSES) 1 révélait dans une publication accessible au grand public et sur les réseaux sociaux que « 95% de la population française adulte est exposée à un risque de détérioration de la santé par manque d’activité physique ou un temps trop long passé assis » 2.

Plus d’un tiers des adultes français cumuleraient un niveau de sédentarité élevé (plus de 8 heures par jour en position assise) et une activité physique insuffisante (moins de 30 minutes par jour) présentant ainsi des taux de mortalité et de morbidité plus élevés, en s’exposant notamment davantage à certains cancers et aux maladies cardiovasculaires.

Ce récent article, choisi pour vous par notre expert, propose une revue systématique d’un grand nombre de publications afin d'analyser les effets aigus et chroniques des pauses assises sur les paramètres cardiovasculaires  3. A partir des deux plus grandes bases de données médicales et scientifiques (PubMed et Web of Science), les auteurs ont ainsi passé en revue toutes les études pertinentes, publiées jusqu'en février 2020, rapportant les effets des pauses assises ou inversement de la réduction du temps assis sur les paramètres cardiovasculaires.

A partir de critères de sélection stricts, ils ont au final retenu 45 études pertinentes dont 35 examinaient les effets aigus (court terme) et 10 les effets chroniques (effets prolongés et répétés) des pauses en position assise ou des réductions du temps passé en position assise. La marche était la principale stratégie des études cherchant des effets aigus, utilisée dans différentes durées (1 min 30 s à 30 min), intensités (légère à intense) et fréquences (toutes les 20 min à toutes les 2 h).

Résultats : Les études cherchant des effets aigus ont trouvé des améliorations sur les paramètres cardiovasculaires, en particulier la pression artérielle, la dilatation médiée par le flux 4 et les biomarqueurs, tandis que les études cherchant des effets chroniques ont trouvé des améliorations principalement sur la pression artérielle.

Même si nous avons bien conscience que l’exposition à une position assise prolongée aiguë peut entraîner un dysfonctionnement vasculaire, notamment au niveau des artères des membres inférieurs, cet article démontre rigoureusement l’importance de rompre ou réduire le temps assis, en particulier en marchant, afin d’améliorer les paramètres cardiovasculaires. Il apporte un argument supplémentaire à l’une des recommandations de l’Anses : « encourager la réduction des comportements sédentaires, en réduisant la durée totale passée quotidiennement assis et en interrompant les temps prolongés de sédentarité par des pauses actives ».

Pour conclure : C’est la concomitance de l’augmentation de l’activité physique et la réduction des temps cumulés et continus de sédentarité qui produira les effets les plus marqués sur la santé. Ainsi pour contrebalancer les effets délétères de longues périodes de comportement sédentaire, la rupture chronique de ces périodes assises avec des stratégies de pauses actives fréquentes, telle que la marche, est vivement recommandée.

Sources

1. Créée le 1er juillet 2010, l’Anses est une instance scientifique indépendante, qui exerce des missions d’évaluation des risques, de référence et de recherche dans les domaines de la santé humaine, animale et végétale. Son rôle central est d’évaluer les risques sanitaires pour éclairer l’action publique et ainsi de contribuer à assurer la sécurité des travailleurs et des consommateurs.

2. Anses. Manque d’activité physique et excès de sédentarité : une priorité de santé publique. [en ligne] Consulté le 07.03.2022 .

3. Olivieira da Silva, et al. Effects of Breaking Up Prolonged Sitting on Cardiovascular Parameters: A systematic Review. Int J Sports Med 2022; 43:97-106 [en ligne] Consulté le 07.03.2022 .

4. Ce dysfonctionnement vasculaire est probablement la conséquence d'une diminution de la contrainte de cisaillement induite par le flux sanguin.